Alexharvey logo 2

CHAMPION DU MONDE & OLYMPIEN

Enfin voilà Falun!

Les blogues sont rédigés par Denis Villeneuve, agent d’Alex. Ils vous donnent une vision exclusive de sa saison afin de vous rapprocher de lui, de son quotidien. Bonne lecture!

Östersund – Suite et fin  

Östersund a permis à Alex autant de valider sa forme que de revoir sa routine d’avant course et évidemment celle de course aussi! Le sprint étant une épreuve hautement tactique, une « générale » de l’épreuve a lieu la veille. Les membres de l’équipe font ensemble le parcours au complet en « zone 3 » (un niveau se situant un peu sous l’effort fourni en course) et alternent chacun leur tour les positions afin d’être familiers avec différentes situations de course dans les endroits stratégiques par exemple les courbes et les courtes suivies de montées abruptes. C’est en effet complètement différent de sortir d’une courbe et d’amorcer une montée abrupte premier ou troisième ou quatrième, alors aussi bien l’avoir fait à quelques reprises avant la course, surtout quand on sait que le résultat final se décide souvent par quelques centièmes de secondes seulement!

 En testant ainsi le parcours, ils sont en mesure d’identifier les endroits où ils peuvent (ou non) dépasser, l’angle à prendre et donc la meilleure ligne pour aborder un virage avant une montée et la position souhaitée avant ou après un obstacle ou dans une descente pour pouvoir par exemple profiter de l’aspiration et ainsi se reposer.  Il en sera de même pour les endroits où la vigilance sera de mise pour ne pas se faire dépasser.  

Il semble que l’insulte suprême pour un sprinteur soit de se faire doubler à l’intérieur. Il y a d’ailleurs dans l’équipe un prix à payer pour celui qui subira un tel affront : une bière à l’entraîneur Tor Arne, ancien champion du monde en sprint. À éviter aussi, la première place dans une longue descente afin de ne pas être celui qui ne profitera pas de l’aspiration pour se reposer.  

En plus de se familiariser avec les situations de course il y a aussi l’analyse de ce que font habituellement les autres compétiteurs durant la saison et ce qu’ils font dans les vagues préliminaires, un élément important pour la stratégie de course.  

Alex a eu à gérer ses départs plutôt « lents ». Il aurait bien aimé se retrouver premier rapidement après le départ, mais sait bien que ce n’est pas ce qu’il réussit le mieux. Il avait remarqué que la plupart des sprinteurs ralentissaient au deuxième tour et que les chutes se produisaient surtout au premier tour. Il avait donc décidé, à moins d’une ouverture qui se serait présentée, de ne pas tenter de gagner de positions dans le premier tour indépendamment d’où il se situait parmi les 6 coureurs évitant ainsi les bousculades et éventuellement une chute. Il allait aussi se ménager au premier tour afin de tout donner au deuxième pour profiter de la fatigue des autres.  

Finn Hagen Krogh (le vainqueur de l’épreuve) demeurait à l’avant lors des premières vagues et donnait tout avant la dernière côte du deuxième tour pour arriver premier dans le bas et conserver sa position en haut avant la descente finale. Alex allait donc accroché à lui en finale afin de s’assurer d’être deuxième avant la descente. Il allait cependant devoir vivre avec cette position et savait qu’il pourrait difficilement le dépasser dans le dernier droit compte tenu de la perte de temps qu’entraîne un tel changement de ligne et sachant que la première piste à leur gauche était plus lente (parce que moins utilisée durant la journée au cours des différentes vagues).  

Falun … On y est … Enfin!  

Compte tenu que les Championnats du monde sont l’objectif ultime cette saison pour Alex et Louis, les deux compères n’auront ménagé et ne ménageront aucun effort pour parvenir à leurs fins. De la préparation physique (mission accomplie), à la récupération, à l’hébergement et à l’alimentation, tout est soigneusement préparé comme par exemple, encore plus à ce temps-ci de l’année, la prévention de maladies même bénignes comme le rhume. Parlez-en à Louis et aux quatre membres de l’équipe qui l’ont attrapé et ont dû demeurer à Östersund « en quarantaine » afin de ne pas transmettre leurs « bibittes ».  

Même en arrivant à Falun, Louis a été « mis en quarantaine » pour 48 heures. Compte tenu que tout est absolument plein à Falun, au lieu de loger avec l’équipe technique, il devra se contenter de loger ailleurs et en plus dans un endroit un peu bizarre pour un séjour à Falun, dans une clinique médicale! Pas certain que les deux prochaines nuits passées sur la table de massage du physio qui l’a accommodé seront très reposantes;)  

Quant aux autres membres demeurés à Östersund, ils n’arriveront à Falun que dimanche ce qui devrait entre autres empêcher Devon (Kershaw) de participer au sprint individuel et au skiathlon.  

La préparation physique : Tout s’est déroulé à merveille lors des deux camps d’entraînement en altitude : le volume d’entraînement, les séances de musculation (tenus même à ce temps-ci de l’année et aussi près des Championnats de monde) et les multiples massages et exercices de relaxation et d’étirements. La deuxième place à Östersund leur permet donc d’inscrire « coché » là-dessus.  

Pour ce qui est maintenant de la façon dont se déroulera la préparation aux différentes épreuves et la façon dont le temps sera meublé entre chacune, la formule est éprouvée et Alex et Louis n’y apporteront qu’un tout petit ajustement. Cet ajustement très pointu conçu par Charles, le préparateur physique d’Alex, vise essentiellement à exercer des rappels neuromusculaires très spécifiques pour prévenir certains problèmes qu’a déjà éprouvés notre skieur favori.  

Louis sera tout simplement présent si quelque chose d’inattendu se produit, mais pour le reste, il n’y a évidemment aucune raison d’apporter des changements à une formule gagnante élaborée et éprouvée lors des 5 premières années de leur collaboration de maintenant 10 ans et démontrée efficace lors des cinq dernières.  

Alex s’assurera de mettre toutes les chances de son côté en appliquant les principes de base liés à un tel évènement. Qui dit plusieurs épreuves (Alex devrait participer à au moins quatre épreuves) dit importance de la récupération, d’une bonne hydratation, du repos, d’une saine  alimentation et de sommeil adéquat.  

Alex et les autres membres de l’équipe demeureront dans une maison privée et non pas à l’hôtel comme lors des épreuves régulières de la Coupe du monde. Et qui dit maison privée dit cuisine, laveuse-sécheuse (gros avantage par rapport à l’hôtel quand on sait à quel point ils en ont besoin), chambre confortable (Alex m’a même dit qu’il avait un lit Queen pour ceux qui aiment les détails) et X-Box pour les quatre pensionnaires qui pourront aussi se la couler douce en jouant ad nauseam à Settlers of Catan!  

Pour les repas, ils ont le luxe d’avoir leur propre « cuisto ». Pas d’aliments ou de recettes en particulier simplement des mets en ligne avec le guide alimentaire canadien avec la touche du chef!  

Sa routine de course ne changera évidemment pas. Lever, déjeuner, petit « jogging », étirements et, compte tenu que la plupart des épreuves se tiendront à 13H00, un léger goûter quelques heures avant la course. Bien manger après la course et porter rapidement des vêtements secs feront aussi partie des éléments à ne pas oublier.  

Des objectifs spécifiques maintenant pour Falun? Pas vraiment, en fait, de faire le mieux possible à chaque sortie.  

Si Alex a une préférence c’est selon moi pour le 50 km, une épreuve mythique d’autant plus qu’elle se déroulera en style classique. Sa stratégie pour le 50 km c’est d’abord et avant tout d’économiser son énergie le plus possible afin d’être le plus reposé possible et bien placé pour les derniers kilomètres, surtout pour la longue descente de la fin. Conserver une bonne technique sera à cet effet crucial. Il a par ailleurs la ferme intention de s’accrocher à ceux qui voudraient oser la grand coup et attaquer pour tenter de s’échapper.  

Comme pour toutes les courses de longue distance il devra s’assurer de bien s’alimenter et s’hydrater fréquemment et tôt dans l’épreuve aussi tôt qu’après trois kilomètres. Tout est en place pour faciliter la tâche aux skieurs, l’équipe ayant du personnel aux trois stations placées le long du parcours (une boucle de cinq kilomètres), permettant aux athlètes qui manquent une station (il y a parfois beaucoup de « trafic » lorsque le peloton passe) de reprendre un ravito rapidement.  

Le sprint demeure toujours un coup de dés contrairement au skiathlon lors duquel je pense Alex pourrait se démarquer. Les Canadiens feront de leur mieux au relais mais avouons-le, les chances de podium sont bien minces compte tenu de la puissance des autres nations. Alex devrait faire un des deux premiers passages en classique qui devrait lui servir de préparation pour le 50 km.  

Parlant de la force des autres nations, Finn Hagen Krogh, le Norvégien qui a remporté les DEUX épreuves à Östersund en fin de semaine, en sprint et en départ individuel, n’est pas certain de prendre part à une épreuve (il sera peut-être sélectionné pour le 15 km départ individuel style libre, une des épreuves qu’il a remportées à Östersund). Forts les Norvégiens? La sélection de l’équipe norvégienne a dû être tout un casse-tête. Un heureux casse-tête par contre avec lequel tout le monde aimerait composer.  

Alex pense que Petter Northug est en très grande forme et qu’il a des chances de s’illustrer à chacune de ses sorties. Marcus Hellner quant à lui pourrait causer des surprises au skiathlon, Daniel Richardsson devrait bien faire au 50 km et Dario Cologna demeurera un des favoris à chaque fois qu’il chaussera ses skis, particulièrement lors du 15 km style libre départ individuel.  

Il semble qu’un petit doute subsiste quant à la forme de Martin Johnsrud Sundby, celui-ci n’ayant pas démontré une très bonne forme à Östersund même si, contrairement à plusieurs autres skieurs, il n’avait pas pris part à un camp en altitude avant Östersund. Il semble qu’il ait aussi connu sa part de difficultés lors des Championnats nationaux norvégiens à la fin du mois de janvier. C’est tout de même Sundby, celui qui a à peu près tout gagné au cours des deux dernières années, alors à ne pas éliminer trop vite.  

L’équipe de fartage est fin prête. De très bonnes discussions ont eu lieu au cours des dernières semaines afin de bien analyser toutes les données accumulées depuis le début de la saison et de faire le point sur tout ce qui a été instauré cette année comme le skieur test et le nouveau farteur italien. Simon (Boisvert) un farteur du CNEPH semble bien apprécier sa présence et continue son apprentissage sous la tutelle de Bilos!  

La température s’annonce relativement stable, un peu sous zéro la nuit, un peu au-dessus le jour et un peu plus froid au cours de la fin de semaine qui s’en vient. Il pleuvra peut-être aujourd’hui (mercredi) mais pour le reste, pas de gros défis de neige ou de température extrême. Il fera un peu plus froid vers la fin des Championnats mais en conclusion pas de gros enjeux pour le fartage du moins pour l’instant.  

Bons Championnats!  

Back to Home
  • Cascades
  • Logo qi pms542 300dpi aout 2013

Merci à tous mes partenaires

  • B2ten
  • Oakley
  • Salomon
  • Location sauvageau
  • Cshnq
  • Cccski
  • Swix
  • Gestev
  • New balance logo 30005

Propulsé par Medalist